Evénement OCDE 2017

A l’occasion de la Journée Internationale des Droits de l’Enfant (20 novembre), les ONG du Groupe Enfance organisent,depuis 2016, un événement collectif Objectif Enfance pour encourager les décideurs à faire de l’enfance un sujet prioritaire de leurs politiques à l’international. Cette action vise à rappeler la place centrale que doivent occuper les droits de l’enfant dans l’aide publique au développement. Elle interroge la manière dont ils peuvent faire l’objet d’une meilleure traçabilité pour des politiques plus efficaces.

Objectif Enfance au siège de l'OCDE à Paris (75), France

Pour l’édition 2017, une table ronde s’intitulant Mieux investir en faveur des droits de l’enfanta été organisée le 16 novembre, à Paris, au Centre de Conférences de l’Organisation de Coopération et Développement Economiques (OCDE). En effet, si l’investissement dans l’enfance est bien reconnu comme étant un levier efficace pour le développement durable, la paix et l’égalité ; encore trop peu d’efforts sont fournis pour réaliser les droits de l’enfant

Objectif Enfance, table ronde “Mieux investir en faveur des droits de l'enfant“, 1er panel “Agenda 2030 : quelle place pour les Droits de l'Enfant ?“, intervention de Ellen Vroonhof, coordinatrice Kids Rights Index, au siège de l'OCDE à Paris (75), France

L’événement, organisé sous le haut-patronage de Madame Catherine Colonna, Ancienne Ministre, Ambassadrice, Représentante permanente de la France auprès de l’OCDE, a rassemblé près de 150 professionnel.le.s de l’aide internationale, notammentd’agences de coopération française et étrangères, du Comité des Droits de l’Enfant des Nations Unies, de l’OCDE et d’ONG internationales.

Un premier panel a permis de rappeler la situation des enfants dans le monde, marquée par de fortes inégalités. En effet, si rien ne change d’ici 2030 :

- 69 millions d’enfants risquent de mourir avant leur cinquième anniversaire

- 60 millions d’enfants en âge de fréquenter l’école primaire ne seront pas scolarisés

- Près de 120 millions d’enfants souffriront d’un retard de croissance

- Environ 750 millions de femmes auront été mariées avant l’âge de 18 ans (source UNICEF)

Trois défis majeurs liés à l’enfance et l’atteinte des ODD ont, par ailleurs, été identifiés par ce panel : le manque de données chiffrées sur les droits de l’enfant, l’augmentation de la pauvreté des enfants et les violences multiples et invisibles à leur encontre.

Un deuxième panel a ensuite traité des stratégies et outils àmettre en œuvre pour mieux intégrer les droits de l’enfant aux politiques de coopération et de solidarité internationale. Autre question évoquée : l’intérêt d’une attention plus soutenue en faveur des droits de l’enfant et d’une meilleure traçabilité des financements les concernantqui permettrait àl’aide publique au développement de gagner en efficacité.

Suite à ces débats, les ONG du Groupe Enfance ont émis des recommandations en direction des décideu.rs.ses politiques :

1 / Accorder une plus grande priorité aux droits de l’enfant dans les politiques de développement et contribuer à une meilleure appropriation de l’approche par les droits de l’enfant par les Etats donateurs et récipiendaires de l’aide, ainsi que par toute partie prenante impliquée dans l’aide internationale.

2/ Mieux investir dans la réalisation des droits de l’enfant à travers l’aide au développement et les allocations des budgets nationaux, « en commençant par une meilleure traçabilité de l’aide ».

3/ Améliorer la connaissance et le suivi de la réalisation des droits de l’enfant dans le cadre de l’Agenda 2030

Cet événement s’est conclu par une intervention de Geneviève Avenard, Défenseure des enfants : « Il n’y a pas d’autre choix que d’investir dans les droits de l’enfant. Les enfants ne peuvent plus attendre. »

Les enfants ne peuvent plus attendre… ne laissons aucun enfant de côté !

Pour lire la synthèse de la table ronde en français, cliquez ici.

Pour lire la synthèse de la table ronde en anglais, cliquez ici.