Le Groupe Enfance

Les ONG du Groupe Enfance de la Coordination Humanitaire et Développement[1] (CHD), réunies depuis 2014, partagent la conviction qu’une attention constante et soutenue aux enfants et à leurs droits constitue un levier puissant pour amorcer un cercle vertueux vers l’égalité, l’atteinte des objectifs de développement durable et la paix.
Contribuer à la concrétisation des droits de l’enfant à l’international
L’investissement en faveur de la concrétisation des droits de l’enfant est reconnu comme efficace, efficient et permettant un retour social sur investissement élevé[2]. De ce fait, outre leur caractère juridiquement contraignant, les droits de l’enfant sont aussi de plus en plus utilisés comme cadre conceptuel, via l’approche par les droits, par plusieurs acteurs du développement : Union Européenne, Conseil de l’Europe, Coopération suédoise, acteurs de la société civile et certaines ONG[3].Afin que les droits de l’enfant deviennent effectifs, il est nécessaire que l’ensemble des débiteurs d’obligations au sens de la Convention internationale des droits de l’enfant se les approprient, les intègrent dans leurs stratégies et leurs politiques et assortissent les financements nécessaires à leur concrétisation.

Pour cela, le Groupe Enfance a décidé d’agir pour que la société civile et les pouvoirs publics, en particulier français, contribuent mieux et plus à l’effectivité des droits de l’enfant dans le monde, et en particulier dans les pays partenaires de l’aide au développement et de l’aide humanitaire de la France. Pour y parvenir, le Groupe Enfance interviendra auprès de trois catégories d’acteurs clés : les pouvoirs publics notamment français, la société civile impliquée à l’international et le grand public en France.

Depuis 2014, les ONG du Groupe Enfance, mobilisant leurs ressources et leurs expertises, ont mené plusieurs activités en ce sens : la formulation d’un premier document de positionnement[4], des séances d’échanges de pratiques, une lettre ouverte au parlement ainsi que des échanges avec les pouvoirs publics français notamment dans le cadre de la stratégie « Gouvernance ».

Journée internationale des Droits de l’Enfant : une mobilisation collective

Les ONG du Groupe Enfance ont également décidé chaque année, à l’occasion de la journée internationale des Droits de l’Enfant (20 novembre), de parler d’une seule voix en organisant un évènement collectif, Objectif Enfance, rappelant la place centrale que doivent occuper les droits de l’enfant dans les politiques publiques.

Après avoir installé une exposition pédagogique en 2016 sur le Parvis de l’Hôtel de Ville de Paris, leur engagement collectif se concrétise une nouvelle fois avec sa réédition à l’OCDE en novembre 2017, et l’organisation d’une table-ronde internationale « Mieux investir en faveur des droits de l’enfant », organisée en partenariat avec la Représentation Permanente de la France à l’OCDE.

[1] La Coordination Humanitaire et Développement est un des collectifs fondateurs de Coordination SUD rassemblant 41 Organisations françaises de solidarité internationale, d’urgence et de développement.

[2] Vers un meilleur investissement dans les droits de l’enfant, 2014, Conseil des droits de l’Homme, lien et Investir dans l’enfance pour briser le cercle vicieux de l’inégalité, 2013, Commission Européenne, lien

[3] Union Européenne, Révision des orientations de l'UE pour la promotion et la protection des droits de l'enfant, 2017,  Belgique (stratégie droits de l’enfant), Suède (The Child Rights Perspective in Practice), UE(Investir dans l’enfance pour briser le cercle vicieux de l’inégalité), Conseil de l’Europe (Stratégie sur les droits de l'enfant)

[4] Politique internationale de la France : agir pour les droits de l’enfant, 2014.